Saint Saens and the 23rd PsalmSaint Saens et le Psaume 22

Those familiar with the iconic twenty-third psalm which begins “The Lord is my shepherd…….”  may also recall the following line – “in pastures green he leadeth me – the quiet waters by”….

Such an image is convincingly evoked when driving from Dieppe to Saint Saens.

The road climbs up out of Dieppe onto a wide plain of arable fields and large cider apple orchards. Soon however it descends, lowering one into the beautiful Varenne valley. Here the silver river glides gently through lush water meadows which are the valley floor.

On either side the ground rises up in huge rolling fields dotted with sheep and bison. Meanwhile like the thread of a necklace, the road itself links a series of small villages once reliant upon coaching traffic from Paris to Dieppe.

Farms, stables, water cress beds and saw mills punctuate the route. And from June until winter, all the way one is immersed in a landscape of ‘pastures green’.

Saint Saens is a just reward for this journey. The Varenne runs through it in two streams, once serving a large tanning industry.

Vestiges of the trade are evident in a canyon of fine town houses built by wealthy tannery families.  The heart of the town is marked by convivial commercial activity generated by a healthy collection of little shops. Bakers, green grocers, a fishmonger, a butcher, a charcuterer, a miniature Fortnum and Masons, all mustered close together in a ‘rue principale’ seething with life.

Here 35 minutes from Dieppe, and Rouen, the visitor will find a warm bed and breakfast welcome.

Philip

 Celles et ceux qui connaissent le célèbre Psaume 22 « Le Seigner est mon Berger » sont sans doute familiers avec la suite « Sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer. Il me mène vers les eaux tranquilles ».

Cette image est particulièrement bien illustrée par la route qui sépare Dieppe de Saint Saëns.

Celle-ci commence par une ascension depuis Dieppe vers les vastes plaines arables et les vergers à cidre. Mais elle retombe très vite pour entrer dans la superbe vallée de la Varenne. Ici, la rivière argentée se glisse à travers les praires verdoyantes du fond de cette vallée.

De part et d’autre de la vallée, le terrain grimpe en bosquets et près parsemés  de moutons et même de bisons. Pendant ce temps, la route continue de serpenter à travers les petits villages normands, qui comptaient autrefois sur le trafic des carrosses entre Paris et Dieppe.

Fermettes, écuries, lits de cresson et scieries viennent ponctuer le chemin. De Juin jusqu’à l’hiver le trajet n’est autre qu’une immersion dans les « près d’herbe fraîche ».

Saint Saëns est à la hauteur de la route qui y amène.  La varenne traverse la ville en deux bras, desservant autrefois une industrie de tanneurs très prospères. Les vestiges de ce commerce sont évidents, comme le témoignent les multiples grandes maisons de ville appartenant aux riches tanneurs.

Le cœur de Saint Saëns est marqué par une activité commerciale chaleureuse, avec de nombreuses boutiques. Boulangeries, marchand de légumes, poissonnerie, boucherie, charcuterie, épicerie fine : tous ces commerces sont rapprochés autour de la rue principale, pétillante de vie.

Ici, à 35 minutes de Dieppe et de Rouen, les visiteurs trouveront une chambre d’hôtes charmante et accueillante : le Petit Chalet.